La crise sanitaire du coronavirus aura interrogé en profondeur les paradigmes de notre système économique et sociétal. Mettant en exergue ses ressorts et certains dysfonctionnements, elle fut également l’occasion de conforter des mécanismes déjà mis en place par les politiques RSE des entreprises en accord avec les objectifs de développement durables de l’ONU.

Plus que jamais, la préservation de l’environnement et la réduction des inégalités auront été centrales pour penser le « monde d’après ». Nous l’avons vu pendant la crise sanitaire, le confinement a réellement permis d’accélérer des tendances déjà en cours, et ce dans tous les domaines. Comment doivent se positionner les directions RSE dans ce contexte et comment peuvent-elles participer à la mutation engagée ? Ce moment charnière va-t-il agir comme un catalyseur des dispositifs déjà en place ? Va-t-il permettre d’en inventer de nouveaux ?

D’un point de vue concret et pragmatique, quel rôle peuvent jouer les entreprises aujourd’hui pour construire un système encore plus responsable et solidaire ? Quelle est la part de responsabilité du secteur immobilier dans la construction d’une ville plus durable, plus résiliente et plus inclusive ?